9ème Festival International de la Bande Dessinée

Affiche festival BD

Comme vous pouvez le voir sur l’affiche, le 9ème Festival de la Bande Dessinée s’est déroulé du 3 au 6 Décembre. Je me suis rendue aux expositions à l’Ancien Hôtel de Ville de Saint Denis mais je n’ai malheureusement pas eu le temps d’aller au Carré Cathédrale (qui se trouve pourtant à deux pas).

J’avoue, je n’y connais absolument rien en matière de bande dessinée ! C’était donc l’occasion pour moi d’ouvrir mes horizons sur cet art.

Les œuvres exposés par l’Hôtel de Ville étaient ceux de deux auteurs de bande dessinée : Téhem et Denis Vierge. Deux auteurs que je présenterai.

Téhem

Téhem

Téhem, de son vrai nom Thierry Maunier, est né le 16 janvier 1969 dans la région parisienne de parents réunionnais. Il rejoint l’île de La Réunion à l’âge de cinq ans et retourne en métropole à 15 ans pour suivre ses études artistiques. Il devient professeur d’Arts Plastiques en France puis à La Réunion. Il collabore à la revue Le Cri Du Margouillat et publie Tiburce aux éditions Centre du Monde. Il rencontre le succès avec Malika Secouss qui peint avec humour les jeunes et la banlieue. Avec Zap Collège, il obtient l’Alph-Art du Meilleur Album Jeunesse 9-12 ans au Festival d’Angoulême en 2003.

Tiburce raconte de manière comique les aventures d’un petit garçon nommé Tiburce et de ses amis à La Réunion.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Denis Vierge

Denis Vierge

 

Denis Vierge est né en 1970 à Pessac.

Il mène des études d’Arts Plastiques qui le mènent au Capes d’Arts Plastiques puis à l’Agrégation de cette même discipline. Il a enseigné dans l’Académie de Poitiers puis celle de Bordeaux. Il a aussi exercé à la Maison d’Arrêt de Gradignan et donné des cours de Dessin narratif à l’Université de Bordeaux III. 

En 2009, il dessine Vazahabé !, son premier roman graphique (Éditions Paquet, coll. Discover).

Depuis 2010, il travaille comme illustrateur dans la revue Cubeek.

Quelques planches de sa bande dessinée Un Marron :

Des tableaux expliquant l’histoire du marronnage  La Réunion :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je vous propose de lire cette interview faite par Brigh Barber où Denis Vierge parle de son intérêt pour l’aspect de l’esclavage qu’est le marronnage à travers son oeuvre, Un Marron.

Vous pouvez visiter son site.

Publicités

Le poète Réunionnais, Auguste Lacaussade

Laissons place à la poésie, un poète je présente ici. 🙂

Auguste Lacaussade

Auguste_Lacaussade

Auguste Lacaussade est né à Saint Denis de La Réunion le 8 février 1815 et mort le 31 juillet 1897 à Paris.

Il est né d’une union libre entre son père avocat d’origine bordelaise, Pierre-Augustin Cazenave de Lacaussade et sa mère, une esclave affranchie (libre) Fanny-Lucile Déjardin.

À 10 ans, on lui interdit l’entrée du Collège Royal des Colonies à cause de l’illégitimité de sa naissance (ses parents ne sont pas mariés). Il va donc faire ses études à Nantes.

En 1834, il revient à l’île de La Réunion mais l’adaptation dans cette société esclavagiste est difficile.

Il publie des articles dans la Revue des deux Mondes et dans la Revue de Paris.

En 1852, il obtient le prix Bordin décerné par l’Académie Française pour Poèmes et paysages.

Il est inhumé le 2 août 1897 au cimetière du Montparnasse. Ses restes ont été ramenés à La Réunion en 2006 et  ont été inhumés  à Hell-Bourg aux côtés de ceux de son ami le poète écossais William Falconer.

Voici son poème, « À l’île natale », tiré de Poèmes et Paysages :

À l’île natale

O terre des palmiers, pays d’Eléonore,

Qu’emplissent de leurs chants la mer et les oiseaux !

Île des bengalis, des brises, de l’aurore !

Lotus immaculé sortant du bleu des eaux !

Svelte et suave enfant de la forte nature,

Toi qui sur les contours de ta nudité pure,

Libre, laisses rouler au vent ta chevelure,

Vierge et belle aujourd’hui comme Eve à son réveil ;

Muse natale, muse au radieux sourire,

Toi qui dans tes beautés, jeune, m’appris à lire,

A toi mes chants ! à toi mes hymnes et ma lyre,

O terre où je naquis ! ô terre du soleil !

Me voici en train de lire le poème :